Théorie de la valeur en tant que coût de production

La théorie de la valeur comme coût de production ou «somme des coûts de production» est la théorie d’Adam Smith, développée dans La richesse des nations, selon laquelle la valeur d’échange d’un bien dépend des dépenses investies dans ce bien, tant dans la rémunération du travail que dans les profits (représentés par le taux de profit multiplié par le capital investi).

Piero Sraffa, dans son introduction au premier volume des «Œuvres complètes de David Ricardo», fait référence à la théorie de la «soumission» de Smith. Smith oppose les prix naturels aux prix du marché. Smith a théorisé que les prix du marché tendraient vers les prix naturels, où les produits seraient placés à ce qu’il a caractérisé comme le «niveau de la demande effective». À ce niveau, les prix naturels des marchandises selon Smith sont la somme des taux naturels des salaires, des profits et des loyers qui doivent être payés pour les intrants dans la production (Smith est ambigu sur le fait de savoir si le loyer est déterminant pour le prix ou s’il détermine le prix. Ce dernier point de vue est le consensus des économistes classiques ultérieurs, avec la théorie Ricardo-Malthus-West de la rente).
Smith oscille entre l’acceptation de cette théorie et la théorie de la valeur du travail. David Ricardo tente de sauver la théorie de la valeur-travail en expliquant que les profits et les rentes sont des déductions du pourcentage consacré aux salaires, mais il finira par accepter comme «exceptionnelle» (sans l’expliquer) une situation qui s’avérera plus tard être la règle : que l’égalisation des taux de profit conduit au fait qu’une variation du capital investi ne réduit pas le pourcentage consacré aux salaires mais augmente la valeur totale de la marchandise.

David Ricardo mêle cette théorie des prix fondée sur les coûts de production à la théorie de la valeur du travail, telle qu’Eugen von Böhm-Bawerk et d’autres l’entendent. Il s’agit de la théorie selon laquelle les prix tendent vers la proportionnalité au travail socialement nécessaire incorporé dans une marchandise. Ricardo énonce cette théorie au début du premier chapitre de ses Principes de l’économie politique et de l’impôt, mais la contextualise comme ne concernant que les produits dont l’offre est élastique. Takagawa propose une nouvelle interprétation selon laquelle Ricardo avait la théorie des coûts de production de la valeur dès le début et présente une interprétation plus cohérente basée sur les textes des Principes de l’économie politique et de l’impôt. Cette soi-disant réfutation conduit à ce qui sera connu plus tard comme le problème de la transformation.
John Stuart Mill acceptera la théorie de la valeur en tant que coût de production, ce qui représentera le point culminant de l’économie politique classique qui deviendra le paradigme dominant jusqu’à la fin du 19e siècle. Dans ses Principes d’économie politique, Mill avait conclu que la valeur d’une marchandise correspondait au prix moyen et que la recherche d’un substrat objectif de la valeur était erronée, proposant de se concentrer sur la formation des «prix» plutôt que sur celle de la «valeur». Mill peut être considéré comme un précurseur important du marginalisme de William Jevons et de Léon Walras.

Karl Marx s’y opposera en partie dans une nouvelle tentative de faire revivre la théorie de la valeur du travail au moyen de fondements analogues de l’économie classique (il trouverait dans l’économie classique la meilleure explication de la société de marché, mais aussi de l’effondrement du capitalisme, dont elle serait le corollaire, puisque les hypothèses correctes de l’économie classique sur la concurrence impliqueraient une tendance à la baisse du taux de profit et une crise de surproduction due à une réduction des salaires).

Karl Marx reprend plus tard cette théorie dans le premier volume du Capital, tout en indiquant qu’il est bien conscient que la théorie est fausse à des niveaux d’abstraction inférieurs. Cela a donné lieu à toutes sortes de discussions sur ce que David Ricardo et Karl Marx «voulaient vraiment dire». Cependant, il semble indéniable que toute l’économie classique et Marx ont explicitement rejeté la théorie du prix du travail].
Marx a critiqué l’équivalence entre la valeur d’une marchandise et son prix naturel ou coût de production. Marx différencie le capital investi dans la production capitaliste entre le capital constant, investi en matières premières, machines, etc. et le capital variable, investi en salaires, dont la valeur est inférieure à celle que rapporte le travailleur. Ce dernier surplus est la plus-value, dont le taux est égal à la plus-value divisée par le capital variable (par exemple, si dans une journée de 12 heures, la valeur des salaires équivaut à 8 heures et que le surplus de travail est de 4 heures, le taux est de 50 %). «Dans ces conditions, avec une exploitation égale du travailleur dans différentes industries, différents capitaux de même volume produiront des quantités très différentes de plus-value dans différentes sphères de production, et par conséquent des taux de profit très différents, puisque le profit n’est que la proportion de la plus-value par rapport au capital total appliqué. Cela dépendra de la composition organique du capital, c’est-à-dire de sa répartition en capital, constant et variable. Ainsi :

Supposons que la composition moyenne de l’ensemble du capital non agricole soit c (capital constant) = 80, v (capital variable) = 20, de sorte que le produit (à un taux de plus-value de 50 pour cent) = 110, et le taux de profit = 10 pour cent. Supposons encore que la composition moyenne du capital agricole soit c = 60 et v = 40, le produit, avec la même exploitation du travail que précédemment, sera = 120, et le taux de profit = 20 pour cent. Par conséquent, si l’agriculteur vend son produit à sa valeur, il le vend à 120 et non à 110, qui est son prix de revient.
La théorie marxiste, cependant, se heurterait à nouveau au problème de la relation entre l’égalisation des taux de profit et les variations de prix qui en résultent en fonction de la proportion de capital fixe investi. Aujourd’hui encore, le débat persiste au sein des différents courants d’économistes marxistes, les approches temporalistes affirmant avoir résolu les problèmes de l’économie marxiste sur la base de leur interprétation, tandis qu’une grande partie des approches straffaréennes, physicalistes ou moins orthodoxes affirment que le problème n’est pas soluble.

Jusqu’alors, cependant, tant les classiques (qui adhéraient à la théorie des coûts) que leurs détracteurs (qui restaient fidèles à la théorie du travail) considéraient que la valeur d’usage se réduisait à n’être qu’une condition nécessaire à l’existence de la valeur d’échange, mais sans en déterminer la valeur (la seule exception étant les «biens non renouvelables» qui, sans autre analyse, étaient déterminés par leur rareté absolue et sous une forme non mesurable).
La contrepartie théorique de ce que ces deux théories avaient en commun est apparue avec la théorie de l’utilité de la valeur, qui affirme que la valeur d’échange d’un bien est fixée par l’utilité marginale pour le consommateur en fonction de sa valeur d’usage.

Les trois branches du marginalisme (Léon Walras, William Jevons et Carl Menger) accepteront cette proposition avec des différences substantielles : Walras et Jevons considèrent l’utilité en termes plus objectifs et l’étude des relations d’utilité entre les biens est cardinale, tandis que chez Menger l’utilité est entièrement subjective et l’étude des échelles de préférences est ordinale. Les origines de cette méthode remontent à la scolastique tardive et à quelques grands économistes classiques qui avaient développé cette position dans ses grandes lignes, à savoir Richard Cantillon et Jean-Baptiste Say. Les systématiseurs et vulgarisateurs respectifs du marginalisme (Vilfredo Pareto, Alfred Marshall et Eugen von Bohm-Bawerk) vont accroître les différences entre les différents courants.

La position marshallienne particulière, qui deviendra le courant dominant de la microéconomie moderne, consiste à reprendre la théorie classique de la valeur comme coût de production en termes marginalistes et à l’appliquer à l’étude de l’offre de biens sur le marché, tout en maintenant la relation entre la valeur d’échange et sa propre idée de la valeur d’usage pour la demande de ces mêmes biens. Cette synthèse entre l’économie politique classique et le marginalisme sera appelée économie néoclassique.
Une théorie quelque peu différente des prix déterminés par les coûts est fournie par l'»école néo-ricardienne» de Piero Sraffa et de ses disciples. Yoshnori Shiozawa a présenté une interprétation moderne de la théorie de la valeur fondée sur les coûts de production de Ricardo.

L’économiste polonais Michał Kalecki a établi une distinction entre les secteurs où les prix sont déterminés par les coûts (tels que l’industrie manufacturière et les services) et ceux où les prix sont déterminés par la demande (tels que l’agriculture et l’extraction de matières premières).

Similar Posts: