Zoo de Córdoba (Argentine)

Le zoo de Cordoba, aujourd’hui parc de la biodiversité, était un zoo appartenant à la municipalité de la ville de Cordoba, capitale de la province de Cordoba, dans le centre de l’Argentine. Cette attraction touristique était l’un des espaces les plus représentatifs du paysage urbain de cette ville. Il a été inauguré le 25 décembre 1915, étant l’une des promenades les plus fréquentées par plusieurs générations de Cordobais et de touristes. Le 18 septembre 2020, le conseil municipal de Cordoue a approuvé la reconversion du zoo en parc de la biodiversité et, en 2021, la résolution 103 du secrétariat provincial de l’environnement de Cordoue l’a déclaré centre de sauvetage des animaux sauvages contre le trafic illégal et les caresses.

Localisation

Il est situé dans le Parc Sarmiento, le plus grand espace vert paysager de la ville, situé au centre géographique de la ville, à quelques rues du centre-ville, entouré par l’une des zones les plus densément peuplées. Le centre du zoo est situé aux coordonnées : 31°25′36.16″S 64°10′34.07″W / -31.4267111, -64.1761306.

Histoire

En 1886, sous le gouvernement d’Ambrosio Olmos et en vue du développement de la banlieue de Nueva Cordoba – au sud de la population croissante de la ville de Cordoue – l’homme d’affaires Miguel Crisol présente un projet de déblaiement, d’aplanissement et d’urbanisation des soi-disant «Altos del Sud», les ravins qui limitent l’expansion de la ville. Ce projet a réussi à devenir une loi, projetant pour cette expansion la nécessité de localiser un grand espace vert, qui servirait de poumon à la ville, et qui contiendrait un parc zoologique.

Le projet de loi disait :
.mw-parser-output .flexquote{display:flex;flex-direction:column;background-color:#F9F9F9F9;border-left:3px solid #c8ccd1;font-size:90%;margin:1em 4em 4em;padding :.4em .8em}.mw-parser-output .flexquote>.flex{display:flex;flex-direction:row}.mw-parser-output .flexquote>.flex>. quote{width:100%}.mw-parser-output .flexquote>.flex>.separator{border-left:1px solid #c8ccd1;border-top:1px solid #c8ccd1;margin :.4em .8em}.mw-parser-output .flexquote>.cite{text-align:right}@media all and (max-width:600px){.mw-parser-output .flexquote>.flex{flex-direction:column}}

En 1889, Miguel Crisol, chef des urbanistes, charge l’urbaniste français Carlos Thays de concevoir le parc, qui sera le premier des dizaines de projets paysagers ambitieux que Thays réalisera en Argentine.
Les travaux ont commencé en 1890, avec l’aménagement paysager de 17 hectares, en respectant une perspective bellepoquienne, pour être finalisés et inaugurés en 1911, sous le nom de «Parque Sarmiento», en l’honneur de l’ancien président de l’Argentine Domingo Faustino Sarmiento. Le parc et sa roseraie devinrent rapidement le lieu de prédilection de la haute société de Cordoue. Les travaux du projet de jardin zoologique ont pris du retard et ont fini par être suspendus en raison de la crise politique déclenchée à cette époque.
Le projet a été réactivé par l’immigrant germano-argentin José Ricardo Scherer, un naturaliste expérimenté qui avait réalisé des études zoologiques et botaniques lors d’expéditions en Europe, en Asie, en Afrique et en Amérique. Scherer, après s’être installé dans la ville et s’être étonné qu’il n’y ait pas encore de zoo, a conçu un projet de construction qu’il a présenté en 1912 au gouverneur Félix T. Garzón, bien qu’il n’ait pas réussi à obtenir de résultats positifs. Plus tard, Scherer présenta lui-même un nouveau projet au gouverneur Ramón José Cárcano, qui dirigeait une nouvelle administration provinciale. Le projet fut approuvé sous le numéro 4554, série A, du 16 décembre 1914, et la zone connue sous le nom de «Barranca de los Loros» fut choisie pour son emplacement, appelée ainsi parce qu’elle avait été un centre de reproduction du perroquet de montagne (Cyanoliseus patagonus conlara), la sous-espèce du perroquet de montagne du centre de l’Argentine. Ses concepteurs et architectes avaient en tête d’exposer une collection des animaux les plus remarquables des différents continents, dans un cadre de végétation luxuriante propre aux sierras de Córdoba.

C’est ainsi que, finalement, le 25 décembre 1915, ce jardin zoologique fut inauguré. Le journal La Nación en parle :

  • Pour une meilleure exposition des spécimens, des enclos et des cages ont été construits selon les critères en vogue à l’époque, c’est-à-dire des cages plutôt petites, dont beaucoup avec un sol en ciment artificiel, et entourées de barreaux, c’est-à-dire dans le style victorien, comme c’est le cas dans tous les zoos du monde.
    Discours du Biologiste et Architecte Paysagiste José R. Scherer, Directeur du Jardin Zoologique :

    Comme tout a une histoire, vous devez me permettre, Messieurs, de vous raconter brièvement l’histoire de cette œuvre à l’inauguration de laquelle vous avez daigné assister.

    Nous sommes en 1912. Moi qui m’adresse à vous, j’ai proposé au gouvernement précédent, avec un groupe d’animaux sauvages, un projet de jardin zoologique.

    Le résultat que j’ai obtenu a été négatif.



    L’année suivante, peu après le début de l’administration actuelle, j’ai trouvé des partisans enthousiastes pour mon idée.

    À l’époque, le ministère des travaux publics et de l’industrie était dirigé par un jeune cordouan éclairé, M. Martin Gil.
    Suite à un entretien que j’ai eu avec lui, je suis parti dans le Chaco à la recherche d’autres animaux pour le zoo. J’ai pu terminer mon voyage, mais le projet, pour diverses raisons, n’a jamais vu le jour.

    Ce n’est que sous l’administration de l’actuel ministre, le Dr Juan B. González, et lorsqu’il a visité, en compagnie du gouverneur, les locaux qui abritaient la collection dont il avait fait don à la province, que le projet a pris de l’ampleur.
    Le gouverneur m’a alors confié la préparation d’un nouveau projet de parc zoologique basé sur la «Barranca de los Loros», qui a fait couler beaucoup d’encre. L’idée du gouverneur ne pouvait être plus lumineuse. C’était le site idéal pour le projet.
    Trois mois plus tard, il a présenté le projet complet à l’exécutif. Celui-ci l’a jugé acceptable et a publié un décret l’approuvant.

    Le 24 décembre de l’année dernière, il y a un an aujourd’hui, j’ai commencé les travaux. Avec seulement vingt ouvriers à ma disposition dans les premiers mois, et dans une lutte constante contre les pluies torrentielles qui rendaient le travail difficile et détruisaient le ravin, il a fallu avancer très lentement. Mais plus tard, appréciant les résultats de mon travail, le Gouvernement Supérieur m’a permis d’avancer librement et rapidement, et j’ai ainsi pu l’amener à l’état de progrès relatif dans lequel vous le trouvez le jour de son premier anniversaire.



    Messieurs : Cordoue, fille du ravin, a voulu orner sa mère de ce bijou.
    L’antre lugubre et boueux qui servait hier de repaire efficace aux voyous et à la vermine nuisible…, et même aux garçons «chupineros», selon la renommée, se transforme aujourd’hui en un lieu de séjour des plus agréables et en une demeure fertile pour les gentilshommes de la faune. Louange à cette heureuse substitution !

    Le travail n’est pas encore terminé. Il faut encore beaucoup de travail pour le mettre dans cet état.
    Cordoba pourra en témoigner. Les installations et les logements des animaux ont été construits en partie à titre provisoire. Ceci est dû au manque de temps et aux difficultés causées par les irrégularités du terrain. Un grand nombre d’animaux dont nous disposons n’ont pas encore pu être hébergés pour cette raison. La grande volière des condors, la vallée tropicale et le beau lac en arrière-plan, j’espère les terminer bientôt, ainsi que les différents jeux dont nous l’équiperons, tels que les montagnes russes, les balançoires, le tir à la cible et bien d’autres amusements.

    L’un des éléments importants de ces travaux est dû, avec d’autres, au bon sens pratique de l’éminent homme d’État qu’est notre ministre des travaux publics. Il s’agit de l’installation du funiculaire et du train lilliputien, qui traverseront le parc et franchiront le promontoire par le tunnel de la Cuevita.
    Le nouveau parc combinera ainsi le paysage pittoresque avec ses multiples divertissements et son exposition zoologique, et il aura un grand nombre de visiteurs pour toujours, qui à leur tour seront pleinement compensés pour les maigres dépenses nécessaires à son entretien et à son extension.

    De ce point de vue, je dirai en passant que le célèbre jardin zoologique de Buenos Aires, après avoir couvert toutes ses dépenses, offre encore un revenu appréciable à la municipalité.
    L’ouvrage, dans son état actuel, ne couvre que la moitié du terrain qui lui a été attribué, soit 20 hectares.
    Dans quelques années, embellie et agrandie par le développement de ses plantations et de ses détails, elle aura un autre aspect. L’ombre fraîche du bosquet vert viendra se mêler au tapis polychrome du jardin ; les murs défraîchis du vieux ravin se pareront de lianes fleuries ; la descente pérenne des eaux cristallines répandra tout autour son murmure somnolent ; L’orchestre des oiseaux alternera avec le rugissement grave et solennel des fauves ; les coins et les recoins seront ornés de feuillages sveltes ; et là, au fond, le lac endormi, reflétant dans sa face paisible, ainsi que la voûte bleue au-dessus, l’ensemble harmonieux et poétique du parc zoologique.

    Avant de conclure, messieurs, permettez-moi, au risque de contredire la modestie d’un esprit délicat et d’une haute mentalité argentine, de rendre l’hommage de la justice à une personne qui est ici présente et à qui reviennent presque entièrement les honneurs de cette journée. Vous savez que je parle de l’excellent gouverneur de la province, le Dr Ramón J. Cárcano.
    On dit du grand Sarmiento, grand parmi les plus grands hommes d’État argentins, qu’il a personnellement, lorsqu’il était président de la République, planté avec un enthousiasme fervent les premiers arbres du célèbre parc de Palermo. Que la gratitude du noble peuple de Cordoue, à une date pas trop éloignée, lorsque cette œuvre sera tout aussi célèbre, se souvienne que c’est le docteur Cárcano, illustre parmi ses plus illustres gouverneurs, qui a également planté les premiers arbustes de ce parc zoologique avec une détermination passionnée et de ses propres mains.



    Sous l’administration du gouverneur Rafael Núñez (1919-1921), le parc a été réformé et agrandi et sa collection s’est étoffée.

    Depuis 1990, le zoo a été cédé en concession à différentes entreprises pour son exploitation commerciale. Cette année-là, l’entreprise Aeroruta S.A., dirigée par Gabriel Alcázar, a obtenu la première concession du zoo, toujours contrôlée par la province, qui était alors gouvernée par Eduardo Angeloz. Un an plus tard, après une procédure de faillite, cette entreprise a été mise sous séquestre. Bien que le conseil municipal ait exigé la fin de la concession en raison de la non-exécution des travaux promis dans le cahier des charges, la concession a été transférée à une autre entreprise privée : Sumar, avec l’aval de l’exécutif municipal. Selon les déclarations d’Alcázar lui-même :

  • Au bout de 10 mois, l’entreprise Sumar a abandonné la concession parce que certains de ses membres, qui étaient également gestionnaires du zoo, ont été accusés de fraude.
    En 1994, la province a transféré la licence du site (et de l’ensemble du Parque Sarmiento) à la municipalité de Córdoba.

    En 2003, sous l’administration de Germán Kammerath, la concession est passée aux mains de l’entreprise Consultora Insumos Agropecuarios, dirigée par Juan Carlos Conti. Cette entreprise a continué à détenir la concession en 2012.



    Au XXIe siècle, le zoo a intégré les nouvelles tendances qui prévalent dans le monde entier dans les zoos modernes. La formation d’un centre de zoologie appliquée avec une technologie appropriée, la modernisation de son infrastructure, une ferme éducative, un aquarium, un zoo marin, avec des spectacles de lions de mer, des lions de mer à une et deux fourrures.

    Le 6 août 2004, le maire a créé par décret la «Commission municipale de contrôle», chargée de contrôler l’administration du zoo et composée de représentants des municipalités et des fondations environnementales (ONG).

    En 2004, la population du zoo était d’environ 1 000 spécimens, dont 180 espèces. En 2007, la population couverte par le zoo était d’environ 1 200 spécimens, dont 200 espèces. En 2012, le zoo abritait plus de 230 espèces et variétés, dont :
    Parmi les espèces les plus attrayantes, citons suricate, plusieurs espèces de lémuriens, tigre commun, tigre blanc, lion commun, lion blanc, chimpanzé, orang-outan, éléphant d’Asie, agouti, grand fourmilier, hippopotame, python royal, ours brun, condor des Andes, aras, poisson clown, 3 espèces de piranhas, bison, zèbre, cygne noir, antilope éland, gecko léopard, mara de Patagonie, scorpion empereur, puma, grenouille singe, grenouille malaise, grenouille à ventre de feu, caméléon, tortues marines et terrestres, cerfs, plusieurs espèces de singes, etc.

    La marche

    Le parc couvre une superficie de plus de 17 ha. Il est situé sur la partie supérieure d’un plateau, également sur ses pentes et ses ravins, et enfin un autre secteur est situé à ses pieds, encadré par des tronçons où les hauts ravins sont très abrupts, ou tombent directement au fond ; tout cela constitue le paysage de cette ressource touristique naturelle située au milieu d’une grande ville.

    On y trouve des escaliers, des ronds-points, des ponts, des chemins bordés de cactus, des cascades, un lac avec des îles, etc. Certains enclos sont encastrés dans les ravins, ce qui permet d’y installer de grands buissons et des arbres, ce qui favorise les conditions de vie des animaux présentés et permet aux cages de se fondre dans le paysage.



    Certaines conceptions ont été réalisées par l’architecte austro-hongrois Juan Kronfus, notamment la maison de l’un des animaux les plus célèbres du parc, l’éléphant d’Asie Taruca (décédé en 2015).
    Au début du 21e siècle, un processus de modernisation de son infrastructure et du concept de l’exposition a été entamé. L’un d’entre eux est la création d’environnements, afin que les espèces d’une même région partagent un même grand enclos, décoré de la végétation de l’écosystème qu’il représente. C’est ainsi qu’ont été créés «l’environnement patagonien» et «l’environnement du Chaco».

    Le zoo présente quelques expositions qui sont dominées par les attractions spéciales. Il s’agit de

    Problèmes qui l’affectent

    L’un des problèmes qui affectent fréquemment ce zoo (ainsi que beaucoup d’autres en Argentine) est l’entrée subreptice de chiens à tête noire qui attaquent les animaux dans leurs propres cages. Ces canidés à visage vivent à l’état sauvage dans les zones boisées qui bordent le Parque Sarmiento et, sous la pression de la faim, tentent de franchir la clôture du zoo pendant la nuit et, lorsqu’ils y parviennent, ils tuent un grand nombre d’animaux en une seule nuit.



    Un autre problème est celui des évasions fréquentes des pensionnaires, soit par leur propre action, soit par l’activité de vandales, qui parviennent à ouvrir les clôtures et les serrures, libérant ainsi les animaux de leur confinement, certains d’entre eux étant dangereux pour l’homme. La capture des animaux est rendue difficile par les particularités du terrain du zoo, en plus du fait qu’il est entouré de grandes zones de parcs forestiers.

    Services et programmes culturels

    Le zoo propose des visites guidées et d’autres activités éducatives, ainsi que des visites nocturnes pendant l’été.

    Les services offerts sont les suivants :

    Il dispose de deux entrées, l’une située au 798 de la rue Rondeau, appelée «entrée Rondeau», et l’autre située de l’autre côté, dans la rue Roldán, devant le Superparck, appelée «entrée Parque Sarmiento». Il est également entouré, entre autres, des avenues Leopoldo Lugones et Gobernador Amadeo Sabattini. Il est ouvert au public tous les jours de 10 heures à 17 heures, et ferme à 18 heures les samedis, dimanches, jours fériés et pendant les vacances d’été. Le prix de l’entrée générale est de 200 dollars et comprend l’entrée à la ferme-zoo, tandis que le zoo marin ou le trajet en train intérieur sont facturés séparément. L’entrée est gratuite pour les enfants de moins de 4 ans.

    Liens externes

    Similar Posts: